Vincent Bolloré contre Basta ! : défendons la presse libre, supprimons les paradis fiscaux

Ce jeudi 1er décembre s’ouvre à Paris le procès en appel contre le site d’information indépendant Basta ! suite à la plainte en diffamation du groupe de Vincent Bolloré. Débouté en première instance, la multinationale française vise un article qui traitait de l’accaparement des terres en Afrique et en Asie et de l’implication de filiales du groupe Bolloré dans ce processus.

Après avoir normalisé Canal + et i-Télé, M. Bolloré veut étouffer le scandale… Bolloré cherche à faire taire Basta !, un site d’info qui dérange. Plus largement, en multipliant les poursuites, le groupe Bolloré souhaite dissuader l’ensemble des journalistes et médias qui voudraient enquêter sur ses activités en Afrique, et celles de ses filiales. Il devrait plutôt se méfier de la publicité : la société Socfin, épinglée par Basta ! au vu des enquêtes de terrain menées par plusieurs ONG sur l’accaparement de terres en Afrique, est aussi lourdement impliquée dans deux paradis fiscaux particulièrement nocifs, le Liechtenstein et le Luxembourg.

Sans lanceurs d’alerte, pas de progrès contre l’évasion fiscale. Les scandales HSBC, Crédit Suisse, UBS, LuxLeaks , Cahuzac n’ont été possibles que par la prise de risques d’individus courageux et de médias résolus à les rendre publics. Leurs révélations, tout comme les actions des faucheurs de chaises contre BNP Paribas et ses 171 filiales dans les paradis fiscaux, sont nécessaires pour forcer les pouvoirs publics à sortir de la passivité et des faux-semblants.

C’est pourquoi le procès en diffamation intenté par Vincent Bolloré à Basta ! est particulièrement odieux. L’article incriminé s’appuyait sur des rapports des Nations unies et d’organisations internationales pour éclairer le rôle des grandes entreprises françaises impliquées dans l’accaparement de terres en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Le rôle de la Socfin, une holding luxembourgeoise dont Vincent Bolloré est l’actionnaire majoritaire et qui gère des plantations d’hévéas et d’huile de palme en Afrique et en Asie, y était précisé. En première instance, le « caractère d’intérêt général » du sujet traité, « le sérieux de l’enquête » et « l’impératif du débat démocratique » avaient été reconnus par le Tribunal.

Attac apporte tout son soutien à Basta ! – ainsi qu’aux autres médias et blogueurs poursuivis pour avoir cité ou fait connaître l’article – et demande la confirmation de la relaxe ainsi que l’ouverture immédiate d’enquêtes officielles sur les agissements du groupe Bolloré en Afrique et dans les paradis fiscaux.


Photo : Lonpicman, licence Creative Commons BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons.

By on 1 décembre, 2016

Posted in: Actualités, Social

Décroître pour donner, donner pour croître

Jacques T.Godbout, Professeur émérite, Institut national de la recherche scientifique « La présomption est notre maladie naturelle et originelle. La plus malheureuse et la plus frêle des créatures, c’est l’homme, et en même temps, la plus orgueilleuse. » (Montaigne) La théorie du

By on 1 décembre, 2016

Refuser/Créer: Déclaration des responsabilités du citoyen par temps mondial critique

Nous autres, citoyens de la Terre, d’Afrique, des Amériques, d’Asie, d’Europe ou d’Océanie, de France ou d’ailleurs, de nos villes et de nos banlieues, de nos cités, de nos quartiers ou de nos favelas, de nos campagnes, de nos provinces

By on 1 décembre, 2016

L’ESS appelle à une pluralité d’indicateurs de richesse

Publié le 24/11/2016 Les insuffisances et les limites du Produit Intérieur Brut, mesure unique de la richesse, sont désormais argumentées par un nombre croissant d’experts (économistes, comptables, sociologues, environnementalistes, etc.). Se doter d’indicateurs complémentaires nécessite de poursuivre le large débat

By on 1 décembre, 2016

2017… Et après ? Nous avons un “REVE”

Le Labo de l’ESS vient de publier : 2017… Et après ? Nous avons un “REVE” : REVE, quatre lettres pour une méthode : R comme Résister, E comme Expérimenter, V comme Voir loin, E comme Evaluer. Ce plaidoyer propose des propositions concrètes pour

By on 1 décembre, 2016

Des propositions “basculantes” : les considérants

  AUTREMENT DIT, AUTREMENT FAIT UN PROJET POLITIQUE ISSU DE LA SOCIETE CIVIQUE Première partie Le texte est actuellement en cours de finalisation dans son entier ; nous souhaitons cependant mettre en débat largement dès maintenant sa première partie (26/11/2016) :

By on 26 novembre, 2016

Journée de “musculation citoyenne”

Pour sa 6ème édition, le collectif Pouvoir d’Agir et ses réseaux vous proposent deux journées de rencontres exceptionnelles! Salon, ateliers, conférence, worldcafé, débat… Des parcours variés pour vous permettre d’identifier vos besoins et de vous inspirer des solutions concrètes que proposent nos acteurs innovants afin de stimuler vos initiatives. Ces journées

By on 26 novembre, 2016

Retour sur les enjeux de la COP22 !

La COP22 vient de s’achever à Marrakech. Chaque jour, le Collectif Roosevelt a diffusé sur ses réseaux un chiffre, une information, une donnée afin de permettre au plus grand nombre de cerner les enjeux environnementaux en 2016. Retrouvez toutes ces informations dans l’infographie ci-dessous !

Publié sur Collectif Roosevelt.

By on 26 novembre, 2016

Déclaration de Marrakech

Nous, mouvements sociaux marocains, maghrébins, africains et internationaux, rassemblés à Marrakech à l'occasion de la COP22 réaffirmons notre détermination à construire et défendre la justice climatique, et notamment à agir pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 1,5 °C – conformément à l'engagement pris à Paris par l'ensemble des chefs d'État et de gouvernement.

- État d'urgence climatique / ,

By on 26 novembre, 2016

Nos terres valent plus que du carbone

Préserver les terres agricoles, s'assurer qu'elles soient au service d'une agriculture paysanne de qualité en mesure de nourrir la population mondiale et fournir de nombreux emplois rémunérés aux paysans, devrait être au cœur des politiques climatiques internationales. Bien moins émettrices de gaz à effet de serre que les mono-cultures agro-industrielles, l'agriculture paysanne peut également contribuer à stocker plus de carbone dans les sols. Malheureusement, au non de ce carbone stocké, États et multinationales veulent généraliser la compensation carbone, une pratique dangereuse qui ne permet pas de réduire les émissions. Avec de nombreuses autres organisations, Attac France est signataire, à l'occasion de la COP 22, de cette déclaration : Nos terres valent plus que du carbone !

- État d'urgence climatique / ,

By on 17 novembre, 2016